Eglise Sainte-Madeleine

Publié le – Mis à jour le

Les dates-clés :

  • Juin 1825, commence la construction de l’église paroissiale de Sainte-Madeleine sur l’emplacement de la chapelle dite du cimetière. Elle ouvre ses portes au printemps 1827.
  • 1856, la façade principale est achevée avec l’élévation de deux tours coiffées d’un dôme et la sculpture du fronton.
  • 1885-86, le premier grand chantier de restauration est lancé (toiture, enduits, parvis, tours). À nouveau, en 1917, des dépenses sont engagées pour le toit.
  • 1924-25, les campaniles sont démolis au profit de terrasses. En 1929, l’éclairage est modernisé.
  • 1950, la municipalité décide de réparer la toiture, les corniches et les revêtements muraux. Des travaux de zinguerie sont réalisés quinze ans plus tard. La façade est nettoyée en 1971.
  • En 1996 débutent des opérations de gros œuvre (traitement des charpentes, déshumidification, remplacement des abat-sons, mise aux normes des garde-corps et des échelles), de peinture et d’éclairage. L’année suivante, une deuxième tranche se réalise à l’intérieur de l’édifice : création d’espaces d’accueil par suppression des deux sas latéraux existants, création d’une salle au niveau 2 dans l’ancienne tribune  isolée de la nef centrale, aménagement de la partie arrière du chœur avec intégration du baptistère, peinture polychromée des voûtes et nettoyage de tous les ouvrages.
  • 2004-2008, travaux d’entretien (notamment d’étanchéité) et de sécurité : corniche centrale en 2004 ; façade principale (corniches, tours…) en 2006 ; toiture, zinguerie (en cuivre) et les trois autres murs pignons (enduits à la chaux) en 2007-2008.
  • Janvier-février 2008, création d’une fresque murale sur la façade arrière de l’église : un trompe-l’œil réalisé par trois artistes de la société « 7e sens », Mireille Perrin, Vincent Ducaroy et Sylvie Grenier Casartelli représentant notamment trois abat-sons (rappelant ceux de la tour façade nord), un miroir avec reflet de la colline d’en face et l’abbé Pierre
  • 2009, remise en état de fonctionnement avec système de commande automatique de l’horloge.
  • 2011, restauration du parvis, gros travaux de mise aux normes de la chaufferie avec passage du fioul au gaz naturel et réfection de la mise en lumière avec un dégradé de couleurs à base de rouge, bleu et vert grâce à des leds.