Eglise Saint-André

Publié le

Les dates-clés depuis le XIXe siècle :

– An 12 : arrêté préfectoral autorisant l’agrandissement de l’église par plusieurs Tarariens et à leurs frais.

– 1822-27 : réparations : maçonnerie des fondations, façades, murs, voûte et plafonds, tribunes, pavé, fenêtres, faîtage et toiture.

– 1866-70 : construction de l’église néogothique orientée Nord-Sud par l’architecte diocésain Tony DESJARDINS et raccordée à l’église classique.

– 1963-67 : aménagement de l’église avec démolition de la partie non affectée au culte, édification d’une façade et d’un nouveau clocher et reprise du raccordement des deux espaces cultuels.

 1971-1986 : réfection de la couverture de l’église ; restauration des façades Nord-Ouest et Nord-Est ; doublage et réfection des vitraux et nettoyage des façades.

– 2005 : rénovation de l’orgue.

– 2011 : rénovation complète de la toiture.

Le massacre du Pied de Vindry

A la fin de la seconde guerre mondiale, à l’été 1944, l’armée allemande est en déroute. Le 21 août, alors qu’une colonne des occupants traverse Tarare, elle est prise à partie par les maquisards et subit d’importantes pertes. En représailles, douze civils et un membre de Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), sont sommairement exécutés. Les funérailles de ces hommes ont lieu dans la foulée au sein de l’église Saint-André, dans une ville encore officiellement occupée mais déjà parée de nombreux drapeaux tricolores. Le 2 septembre, l’armée d’Afrique vient mettre un terme au cauchemar et libère Tarare. Le mémorial du Pied de Vindry, élevé en novembre 1945 vient commémorer le souvenir de cet évènement tragique.

En 2022, les lycéens de la Cité Scolaire de Tarare, remportent le prix académique du Concours National de la Résistance et la Déportation avec un film intitulé « Ils ont donné leur sang aussi » qui narre les évènements de l’époque. Pour plus d’information, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous.

https://youtu.be/apENX3P1lew